De l’usage du crieur public

mardi 9 juin 2020
par  ROUBY Gilles

La lecture des registres notariés réserve parfois des surprises !

Ainsi, chez Anthoine DE MALRIEU, notaire de Millau, cette réquisition de 1571 [1] par Jaques ROUBIN, fils d’Estienne, de Borg le Valanse en Dauphiné (Bourg-lès-Valence dans la Drôme) à Jehan FUGY, crieur public de Millau, lui demandant « d’aller par les carrefours de ladite ville au son de la trompette » crier si le dénommé André PEYRARD, fils de feu Philippe, son parent de la ville de Valanse, serait à Millau, Jaques ROUBIN étant expressément en cette ville pour venir le chercher.

Crieur XVe siècle (source : Wikipedia)

L’acte se poursuit avec la réponse dudit FUGIER, qui déclare être allé crier par tous les carrefours de Millau pour « trouver nouvelles » dudit André PEYRARD et n’avoir en recueilli aucune, ce dont ledit ROUBIN prend acte.

Ce type d’acte est pour le moins surprenant ; sa finalité est très probablement de permettre à Anthoine ROUBIN, qui a dû en rapporter une grosse (copie) à son retour à Valence, de justifier qu’il a cherché en vain à retrouver le dénommé PEYRARD.

Cet acte est suivi par un autre du même ROUBIN et d’un dénommé Jehan DE BEAUX, aussi de Valence  [2], par lequel ceux-ci demandent à un certain Mondon CHANNY, fils de Mathieu de Saint Nazary en Dauphiné (Saint-Nazaire-en-Royans dans la Drôme), venu avec eux à Millau « pour certaines affaires », de bien vouloir retourner avec eux à Valence ; ce à quoi Mondon CHANNY répond qu’il veut séjourner à Millau et que ceux-ci peuvent s’en retourner à Valence sans lui.

Là encore, l’acte sert probablement aux dénommés ROUBIN et DE BEAULX à justifier à leur retour à Valence l’absence de leur compagnon de voyage.

Gilles ROUBY


[108/03/1571 – MN151269 séquence 10 vue 28 – archives départementales de l’Aveyron

[208/03/1571 – MN151269 séquence 10 vues 28 & 30 – archives départementales de l’Aveyron



Commentaires