Familles COMBAL, RAMES, et BLANC de La FAGEOLE de CORNUS

de La FAGEOLE de CORNUS - Episode N° 6
samedi 22 janvier 2022
par  Jacques ASTOR , Monique BRUNEL , Suzanne BARTHE

Au XVIIIe siècle, nous observons à la FAGEOLE DE CORNUS, une transmission par les femmes. en effet au décès de Marie PEYTAVY, les biens passent à sa fille Marie COMBAL, puis à la fille de celle-ci, à savoir Marie RAMES, puis ensuite à la petite-fille de cette dernière, Jeanne BLANC. Dans le présent épisode nous présentons d’une part l’étude de ces trois patronymes et d’autre part nous présentons la transmission en illustrant le propos par quelques actes.

Etymologie du patronyme COMBAL

La carte de l’Aveyron comporte plus d’une vingtaine de noms de fermes, hameaux et lieux-dits du nom de Combal : Le Combal, Les Combals… Issu du nom de lieu par la relation du lieu à l’habitant, le nom de famille aveyronnais Combal se rattache peut-être à l’un de ces toponymes. [1]

Il s’agit d’un dérivé occitan combal de comba « combe, vallée » ayant désigné l’étendue d’une vallée, l’ample versant d’une vallée. Nombre d’entre eux se situent dans l’ouest du département et la zone d’expansion du nom de famille qui est issu, est en rapport avec cette implantation.

On trouve toutefois des noms de lieux Le Combal dans le sud du département : on peut citer les lieux-dits Le Combal des communes de Saint-Rome-de-Tarn et de Sainte-Eulalie-de-Cernon (entre Lapanouse-de-Cernon et La Cavalerie) ; ou bien encore Les Combals de Belmont-sur-Rance et le ruisseau du Combal de la commune de Mélagues.

Etymologie du patronyme RAMES

Le nom de famille RAMES est issu d’un nom de lieu par la relation du lieu à l’habitant. L’Aveyron comporte deux hameaux de ce nom : l’un dans la Viadène, dans la commune de Campouriez et, l’autre, dans l’est des Pays d’Olt, à Bessuéjouls.

Ils représentent l’occitan ramas « ramées » pour désigner un lieu où l’on a coutume de couper des branches avec leurs feuilles. Après séchage, la ramée était utilisée pour la nourriture animale et parfois, en qualité de couvre-sol.

L’Aveyron et le Lot sont les départements de référence du nom de famille Rames, et encore avec 250 naissances pour 125 au second, le Rouergue a-t-il une expansion nettement plus importante. Cornus figure parmi les principaux foyers de fréquence et, à travers une expansion qui concerne de nombreuses régions du département (Villefranche-de-Rouergue, Rodez, Millau, Causse Comtal, est de la vallée de l’Aveyron…), on remarque une bonne présence dans le Saint-Affricain (par ordre d’importance : Fondamente, Saint-Beaulize, Saint-Affrique, Saint-Jean-et-Saint-Paul, Saint-Jean-d’Alcapiès, Versols, Tournemire).

Etymologie du patronyme BLANC

Ce que nous nommons souvent des sobriquets d’aspect physique ou d’aspect moral furent souvent des noms de baptême. Les noms de saints ne furent imposés qu’à partir de la seconde moitié du XVIe siècle, époque où les noms de familles sont largement stabilisés.

Aussi bien dans l’Antiquité romaine entre les Albus et les Maurus et Nigellus que dans la France médiévale entre les Blanc, les Albe d’une part, et les Brun, Bru, Lebrun, Lenoir et Nègre occitan de l’autre, on distingua les enfants aux cheveux de couleur claire (blonds, châtain clair) et souvent teint clair et ceux qui ont les cheveux bruns et parfois teint mat.

Blanc prénom masculin est aujourd’hui oublié et depuis longtemps. Et c’est à peu près le cas pour Blanche qui était néanmoins très porté au tout début du XXe siècle.

Issu de ce prénom, le nom de famille Blanc est répandu dans toute la France (auxquels s’ajoutent les Leblanc du nord). On peut comparer son expansion à celle de Brun (auxquels s’ajoutent les Lebrun des pays d’Oïl et les Bru du Sud-Sud-Ouest). [2]

L’Aveyron a connu une belle expansion du patronyme Blanc. Ses 1354 naissances le placent après le Gard et le Tarn, mais avant l’Hérault, le Puy-de-Dôme, l’Ardèche, l’Aude et le Cantal.

La commune de Cornus figure parmi ses foyers de fréquence. On le retrouve dans le Saint-Affricain (Le Clapier, Tournemire), Camarès, Millau, la vallée de la Dourbie (La Roque-Sainte-Marguerite, Saint-Jean-du-Bruel) et le Lévézou.

TRANSMISSION DES BIENS

Comme nous l’avons vu dans l’épisode précédent,
http://www.genealogie-aveyron.fr/spip.php?article1523
Marie PEYTAVY décède le 03.09.1739 , ayant légué ses biens à sa fille Marie COMBAL

  • Marie COMBAL, épouse par CM du 18.04.1714 (Archives familiales) Jean RAMES du Viala de Cornus, fils de feu Pierre RAMES et de feue Antoinette MALETTE (MALET).

CM du 17.04.1714 - Jean RAMES - Marie COMBAL.

Archives familiales

« ..L’an mil sept cent quatorze et le dix huitième jour du mois d’avril …..Jean RAMES fils de feux Pierre RAMES et d’Antoinette MALETTE du mas du Vialla paroisse de Cornus diocéze du Vabres d’une part et Marie COMBALLE fille de Jean COMBALLE et Marie PEITAVINE du mazage de la Fajolle paroisse de Cornus audit diocéze d’autre ...ledit RAMES comme personne livre et majeur de vingt cinq ans, assisté de ses parents et amis ci-après nommés, et ladite COMBALLE assistée et autorisée de ses père et mère et ses parents et amis…….
….lesdits COMBALLE et PEITAVINE père et mère de ladite COMBALLE future épouse ayant le mariage de leur fille pour agréable et sur de leur volonté et consentement lui donnent et constituent …..la moitié … de tous leurs biens présent et avenir …….. retiennent deux cent livres et huit brebis pour la légitime de Suzanne et Catherine COMBALLE ses autres deux filles , savoir du chef dudit COMBALLE pour la somme de cent livres et quatre brebis pour chacune … et du chef de ladite PEITAVINE quinze livres aussi à chacune…...autre quinze livres et quatre brebis pour la légitime de Pierre GALTIER son fils de feu autre Pierre GALTIER son premier mari…..
….ledit RAMES et la dite future épouse seront tenus de demeurer avec lesdits COMBALLE et PEITAVINE ne fesant qu’un même feu et ordinaire …..
…..Pierre RAMES frère dudit RAMES ici présent et stipulant donne à son frère pour tous droits ….que ledit Jean RAMES pourrait prétendre sur les biens de ses père et mère, laquelle somme de deux cent cinquante livres …..
..fait et récité audit Cornus maison de feu maître Guilhaume MAURI notaire dudit Cornus, en présence de Mr Maître Antoine de TAILLEFER sr de Laportallière ...avocat habitant dudit Cornus et sr Jean GAUJOUX marchand dudit Cornus, signent lesdits parties ont dit ne savoir de ce requis et moi François MAZERAN notaire royal du lieu d’Aumessas soussigné... ».

Merci de "cliquer" sur les actes pour les agrandir

NDLR : Me Guillaume MAURIN est décédé au Caylar le 14.04.1714 et nous supposons donc que, dans l’attente de la reprise de cette étude par Me Antoine de TAILLEFER, gendre de Mr MAURIN, les affaires courantes ont été réglées par Me François MAZERAN, notaire d’Aumessas (Gard), beau-frère de Me MAURIN.

Du couple Marie COMBAL x Jean RAMES : Marie RAMES qui suit.

Marie COMBAL décède avant 1723. Son époux Jean RAMES devenu veuf s’unit en 2èmes noces (CM du 26.05.1723) avec Antoinette ROUQUETTE de Prévinquières.

  • Marie RAMES, épouse le 09.10.1737 Guillaume BLANC (1708-1761), de St-Laurent-de-Lévézou, fils d’Etienne et de Marie BOUSSAC.
    D’où :
    * Guillaume BLANC qui suit.
  • Jean BLANC (1740-1769),
  • Jean François BLANC (1742-1769),
  • Marie BLANC (1744- ),
  • Etienne BLANC (1747-),
  • Catherine BLANC (1749-),
  • Anne BLANC (1750-1762),
  • Marguerite BLANC (1755-1761),
  • Antoine BLANC (1756-1830),
  • Pierre BLANC (1759-).

-* Guillaume BLANC (1738-1813), laboureur, épouse le 19.11.1771 à Cornus Jeanne FABREGUETTES (1744-), de La Grange (Cornus), fille d’Antoine et de feue Marie RIVAL.

Dans son CM du 28.10.1771, reçu par Me Jean Antoine FABRY (AD2 3E 19047), sa mère Marie RAMES lui avait fait donation pure et simple entre vifs et irrévocable de tous ses biens présents et avenir.

De cette union :

  • Jeanne BLANC (1772-1773),
  • Guillaume BLANC (1774-1848),
  • -* Marie Jeanne BLANC qui suivra dans l’épisode N°7,
  • Jeanne Gracia BLANC (1778-),
  • Elisabeth BLANC (1780-1782,
  • Antoine BLANC (1782-).

[1Nous adressons nos remerciements à Jacques ASTOR.

[2A ce titre, on observe un décalage avec Noir peu répandu et limité au couloir rhodanien alors que Lenoir s’étend sur la France septentrionale. Il a son répondant méridional avec Nègre connu dans l’ensemble du domaine occitan et dont le taux d’expansion est du même ordre que Bru. (JA)



Portfolio

JPEG - 977 ko

Commentaires