COMPEYRE - 1er épisode

Histoire, patrimoine et géographie des villages de l’Aveyron
vendredi 13 janvier 2023
par  Jacques ASTOR , Suzanne BARTHE

Dans le cadre de notre rubrique "Histoire, patrimoine et géographie des villages de l’Aveyron", dont le but est d’aider nos lecteurs à "habiller" leur arbre généalogique en leur donnant quelques éléments sur le lieu de vie de leurs ancêtres, nous vous proposons aujourd’hui une étude sur COMPEYRE. Depuis quelques mois déjà, avec l’aide de Monsieur Jean DELMAS nous avons le plaisir de vous présenter un certain nombre d’actes anciens (testaments, contrats de mariage) concernant des familles anciennement attestées à COMPEYRE. Le temps est à présent venu de "planter le décor" !

Cette petite cité idéalement située au confluent du Tarn et du Lumensonesque, fut un parfait site défensif surveillant et contrôlant les vallées, elle eut ses heures de gloire ...

Les différents épisodes de notre feuilleton vous proposeront :

  • Généralités,
  • Origine du nom,
  • Histoire de la paroisse
  • Héraldique,
  • Histoire et patrimoine,
  • Evocation de quelques familles les plus anciennement implantées.

Sans être en concurrence avec notre « livre de l’année », qui illustre la commune d’accueil de nos JOURNEES GENEALOGIQUES, [1] nous pensons que cette rubrique peut répondre aux attentes de nos adhérents qui nous demandent régulièrement si nous n’avons pas étudié tel ou tel village… Nous ne pouvons réaliser un livre sur chacune des communes de l’Aveyron, mais nous pouvons tout à fait proposer sur ce site une étude sur une commune présentant un intérêt patrimonial certain, comme il y a quelques mois sur LAPANOUSE-DE-CERNON (Cf.http://www.genealogie-aveyron.fr/spip.php?article1596 ) et aujourd’hui sur COMPEYRE. Bonne lecture !

Comme le constatait déjà Jules ARTIERES en 1909, tout comme le rappelait l’Abbé VIVIER en 1990, les archives municipales de COMPEYRE ont beaucoup souffert, nous avons nous-mêmes pu le constater lorsque nous avons travaillé sur cette commune dans les années 90.

Généralités -

La commune de COMPEYRE est située à l’entrée de la Haute Vallée du Tarn, à 10 km en amont de Millau, dans le département de l’Aveyron en région Occitanie. Compeyre fait partie de l’arrondissement de Millau, et de Communauté de Communes «  Millau Grands Causses », canton « Millau-Est ».

Les Compeyrols étaient au nombre de 522 au dernier recensement de 2019. L’altitude minimum de la commune est de 367 mètres tandis que son altitude maximum est de 860 mètre, et sa superficie de 10,36 km².
PNG - 1.2 Mo Le village est situé un peu en aval des gorges du Tarn. La partie médiévale du village, avec ses petites ruelles étroites et escarpées, se trouve sur les flancs sud du Causse de Sauveterre.

Sa situation en a fait un lieu stratégique et un important carrefour commercial.
Par ailleurs, son exposition sud et la géologie de son sol en font, comme nous allons le voir, un lieu idéal pour des caves à vins ; de fort longue date Compeyre a eu une tradition vigneronne !

ORIGINE DU NOM

Le nom de COMPEYRE représente un occitan compèire désignant un amoncellement de rochers, par exemple dans le Sidobre (Christian Laux, Dictionnaire occitan-français - languedocien). Le Trésor du Félibrige qui donne compèirés «  amoncellement de rocs détachés et accumulés par les torrents », en fait un dérivé de compeirar « combler de pierres  ».

Le nom de Compeyre est relatif au chaos rocheux situé au nord-ouest de la localité (site de l’ancien site de hauteur préromain d’Avaruéjoul) et s’est substitué au nom gaulois de l’agglomération.

Parmi les anciennes attestations du nom de Compeyre :

  • Rigaldus de Compeire, 1077-1099 (cartulaire de Gellone, p. 377) ;
  • fevum de Rigaldo de Compeire 1077-18099 (ibid., p. 379) ;
  • de castro quod vocatur Compeire, 1087 (ibid., p. 366) ;
  • Cumpeire, 1204 (Archives Nationales J. 589, ap. Soutou, Inventaire toponymique de la vicomté de Millau au XIe siècle, 1968, p. 249) ;
  • Rigalz de Comppeire, 1142 (Les plus anciennes chartes en langue provençale, Brunel 1926, p. 46) ;
  • Compeire, 1341 (Livre de l’Epervier, p. 194) ;
  • bailalie de Competro ;
  • Parochia beate Marie de Lumensone, sub quae est castrum de Competro, 1349 (Livre de l’Epervier, p. 190) ;
  • Compeire, 1666 (Livre de l’Epervier. Tarif de l’Election du Haut-Rouergue..., p. 202).

HISTOIRE DE LA PAROISSE DE COMPEYRE

  • A l’origine, la paroisse de COMPEYRE avait son centre à l’église Notre Dame de Lumenson, située dans la vallée sur l’emplacement du cimetière actuel d’Aguessac. Il y subsiste un pilier de cette église, qui fut emportée par la crue de 1808 comme Saint Second de Boyne.
  • En 1082, la paroisse fut confiée par l’évêque de Rodez aux Bénédictins de Saint Victor de Marseille, ainsi que Notre Dame de Millau et bon nombre d’autres églises du diocèse. Au début du XIVe siècle ( vers 1313), ces religieux ne desservaient plus Lumenson, et en 1329, le Saint Siège remit à nouveau la paroisse à la collation de l’évêque.
  • Entre temps, et en raison de l’importance prise par Compeyre, bien enclose, dans ses remparts, une église annexe, dédiée à Saint Vincent, avait été construite à l’intérieur du bourg. Elle existait déjà en 1366, époque où lui fut donné le fameux « Missel de Compeyre ».
  • En 1532, le personnel desservant la paroisse (un recteur et trois panetiers), fut transféré de Lumenson à Saint Vincent ; néanmoins Lumenson restait, en droit, l’église mère, Saint Vincent l’annexe, et cet état de choses durait encore en 1677 [2]
  • C’est au début du XVIIIe siècle, que Saint Vincent devint l’église principale, ayant trois annexes :
    • Notre Dame de Lumenson,
    • Saint Laurent de Pailhas
    • Saint Pierre de Carbassas. Cette dernière formait une enclave du diocèse de Rodez sur la rive gauche du Tarn, qui normalement aurait dû appartenir au diocèse de Vabres. Mais l’accessoire, en l’occurrence l’annexe, suivait le principal, l’église mère. (De même, en sens inverse, Boyne était diocèse de Vabres parce que son église, Saint Second, se trouvait sur la rive gauche).
  • En 1733, le petit prieuré paroisse Saint Etienne de Veyrac fut réuni à Compeyre par l’évêque de Rodez et son église, dont il ne reste aujourd’hui aucune trace, devint donc une quatrième annexe de Compeyre

Histoire et généalogie

Selon l’abbé VIVIER, dans les débuts de l’ère féodale, Compeyre comptait de nombreux seigneurs, sous la suzeraineté du comte ou vicomte de Millau. il y eut même très anciennement une famille "de Compeyre" signalée au XIIe mais déjà disparue au XIIIe.

Les seigneurs les plus connus de COMPEYRE furent les HENRY, également seigneurs de Peyrelade au XIIIe siècle. Aux HENRY succédèrent les RICARD, nobles eux-aussi au XIVe siècle. Puis, des MONTRODAT, parents des HENRY acquirent d’eux une part de la seigneurie de COMPEYRE.

Voir nos dépouillements pour cette commune en en cliquant sur le lien suivant :
http://www.genealogie-aveyron.fr/spip.php?article52

A bientôt pour la suite de notre feuilleton sur COMPEYRE !


Sources :
- Jules ARTIERES
- Société d’Etudes Millavoise
- CAUSERIE SUR COMPEYRE, par l’abbé Pierre Edmond VIVIER
- SAUVEGARDE DU ROUERGUE
- Al Canton

Nos remerciements vont à Jacques ASTOR, Jean DELMAS, André MAZET et Magali ALDEBERT


[1Cf notre article http://www.genealogie-aveyron.fr/spip.php?article1110 qui vous présente nos différents ouvrages

[2Cf. Collation du bénéfice, Revue historique du Rouergue, VI, 227.



Portfolio

PNG - 1.1 Mo PNG - 1.2 Mo

Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique