CAMARES : un mystérieux blason

dans l’église de St-Pierre d’Issis
vendredi 3 juillet 2020
par  Suzanne BARTHE

En arpentant la campagne camarésienne, et en particulier ses églises, en vue de la préparation de nos JOURNEES GENEALOGIQUES 2020, nous avons découvert le blason que nous présentons ci-dessous

Nous avons soumis la photographie de ce blason à notre ami Jacques POULET, héraldiste émérite, qui nous répond de la façon suivante :

Le style de cette sculpture permet de la dater du XVIIe ou XVIIIe siècle. En effet, les écus de forme ronde étaient très en vogue à cette période.

Il semble que le sculpteur ait commis une erreur. En effet, de toute évidence, l’écu est présenté renversé, le chef en pointe et les rameaux noués en chef alors qu’en principe, ils le sont toujours en pointe.

Ces armes ne sont à ma connaissance pas encore identifiées. Ce sont très certainement celles d’une famille bourgeoise, n’étant pas timbrées d’un casque ou d’une couronne, mais simplement entourées de feuillages.

PNG PNG

Les émaux n’étant pas connus, elles peuvent se blasonner ainsi :

De… au chevron de… accompagné en chef de deux étoiles de... et en pointe d’un coeur de…, au chef de… peut-être soutenu d’une divise de… et chargé de trois croissants de…

L’écu est soutenu par deux rameaux de feuillage, sans doute de laurier, les tiges passées en sautoir normalement en pointe, c’est à dire au dessous du blason.

L’aspect religieux de cette composition ne peut pas nous échapper.

D’une part nous voyons l’étoile, symbole marial mais aussi christique par les cinq pointes faisant référence aux cinq plaies du Christ.
D’autre part, le croissant pointe en chef, qui symbolise l’assomption de la Vierge.

Il reste à découvrir à quelle famille notable ou quel prêtre ces armoiries doivent être attribuées

Nous remercions Jacques pour cet éclairage et nous poursuivons notre enquête.

Cette pierre se trouve dans la chapelle dite "de la Vierge"

Mathieu COSTEPLANE (1816 - 1900 ), membre de la Société des Lettres et des Arts de l’Aveyron, dont nous présentons une biographie succincte dans notre livre de l’année, avait émis l’idée qu’il pourrait s’agir de la pierre tome de la famille COSTEPLANE, dont les dimensions originelles seraient "2,25 à 2,50 de long et 1,80 de large.". A ce propos nous renvoyons nos lecteurs au livre de l’année qui paraîtra le 12 septembre "CAMARES, des femmes, des hommes et leurs racines..."

Cette hypothèse nous semble très douteuse, et si un de nos lecteurs possède quelques informations sur une famille porteuse de ce blason... par avance merci !!!

Une hypothèse beaucoup plus vraisemblable semble être celle de la famille CONSTANS qui a fourni un grand nombre de prêtres, dont certains officièrent à St Pierre d’Issis (voir actes dans le porte-folio) Ces différents actes indiquent en effet que la famille CONSTANS possédait une tombe "dans la chapelle Notre Dame de St-Pierre d’Issis"

Cette hypothèse concernant la famille CONSTANS est confortée par la présence dans le blason des lettres Co... puis illisible. Ce qui selon les éléments également fournis par Monique BRUNEL confirme cette hypothèse. (Cf. Actes dans le porte-folio)

Nous tendons donc à confirmer cette famille CONSTANS, originaire des environs de COUPIAC

A bientôt pour de fructueux échanges.




Portfolio

PNG - 397.8 ko PNG - 361.1 ko PNG - 477.5 ko PNG - 323 ko

Commentaires

Logo de Suzanne BARTHE
CAMARES : un mystérieux blason
mercredi 8 juillet 2020 à 11h35 - par  Suzanne BARTHE

Information complémentaire communiquée par Monique BRUNEL

Concernant le 1er Pierre CONSTANS, voici un extrait relevé dans l’ouvrage de A. ANDRIEU « CAMARES Mille ans d’histoire locale » Pages 173 à 175.

« Pierre CONSTANS. ...Il était né en 1620 au Cayla de Saint-Michel de Castor (*) et n’avait que vingt-neuf ans quand il fut nommé à la cure de Camarès. Sa première signature paraît au registre le 20 septembre 1649. Il devait rester trente-sept ans curé de Camarès. ……
… en février 1686, il donna sa démission et devint curé, à côté de Camarès, de la paisible paroisse de Saint-Pierre d’Issis. Il y vécut encore quatre ans et mourut en 1690, âgé d’environ soixante-dix ans…. ».Il fut enseveli dans l’église de St Pierre : douze prêtres assistèrent à sa sépulture.

(*Coupiac)

Logo de Suzanne BARTHE
CAMARES : un mystérieux blason
mardi 7 juillet 2020 à 08h57 - par  Suzanne BARTHE

Monique BRUNEL nous fait suivre les éléments suivants :
Il me paraît peu probable que ce blason puisse être attribué à la famille COSTEPLANE.

D’après le descriptif de Jacques POULET, les symboliques religieuses de ce blason font plutôt penser à une famille catholique.

Quelques actes de décès relevés dans les archives de la paroisse de St-Pierre-d’Issis, me permettent d’envisager qu’il pourrait s’agir de la famille CONSTANS, dont plusieurs membres furent prêtre et curé de la paroisse de St-Pierre-d’Issis.

Pierre CONSTANS, ancien curé du Pont de Camarès et en dernier lieu de St-Pierre, décède à l’âge de 70 ans le 09.04.1690.

« Le neuvième jour du mois d’avril est trépassé mestre Pierre Constant ancien curé du Pont de Camarès et en dernier lieu de St Pierre d’Issis âgé environ de septante années, son corps a été ensevely le lendemain dudit jour. A son enterrement ont assisté douze prêtres du voisinage et ses neveus Pierre Constans prêtre et curé son successeur et Jean Constans clerc tonsuré, damoiselles Marie Constans et Catherine Constans ses niepces. Es présences de Estienne Cabanes tailheur et autre Estienne Cabanes et de nous curé »

Pierre CONSTANS, neveu du précédent, prêtre et ancien curé de la paroisse de St-Pierre, décède le 19.08.1743, au Pont de Camarès et est enseveli le lendemain dans l’église de St-Pierre.

Par acte du 04.09.1735 (AD12 3E 18826 Me Pierre BRANDOUIN Camarès), nous apprenons que ce Pierre CONSTANS sieur de La Millade, prêtre et curé de St-Pierre-d’Issis est frère d’ Antoine CONSTANS, avocat en parlement, Sr de La Bourgade, qui teste le 02.12.1738 (AD12 3E 18829 Me Pierre BRANDOUIN Camarès) et décède le 22.01.1739.

L’acte de sépulture de Mr Antoine CONSTANS que nous reproduisons et transcrivons ci-dessous, donne une précieuse information.

« L’an 1739 et le 22me de janvier est décédé mr Antoine Constans sr de LaBourgade, avocat en parlement, en sa maison d’habitation de sa méterie d’Azais âgé d’environ septante trois années ayant reçu dans le cours de sa maladie tous les sacrements nécessaires. Son corps a été enseveli, le lendemain du susdit par nous soussigné curé de la paroisse du susdit St-Pierre, à la chapele de l’église dédiée à notre dame ou est le tombeau de la maison dudit feu Constans. Ont été présens à ladite sépulture les nommés Bartélémi et Jean Cabanes père et fils laboureurs du masage de Ramondens, lesquels nont sceu signer ».

Un fils d’Antoine : Jean Pierre CONSTANS sera également curé de St-Pierre-d’Issis.